Libération de 46 militaires ivoiriens détenus au Mali, augmentation du SMIG, nomination dans les rangs des forces armées Togolaises : Des événements qui rendent encore « plus  populaire », Faure Gnassingbé

0
125

 

Depuis le 6 janvier dernier où les 46 militaires ivoiriens détenus au Mali et condamnés à 20 ans de réclusion criminelle, ont recouvré la libération grâce à  la médiation de Faure Gnassingbé, le président togolais a le vent en poupe. La toile ne cesse d’exploser sous une avalanche de félicitations.  «  Je suis fier de la médiation du chef de l’Etat souligne Koffi John  un taximan »,  «  humm vraiment, suis soulagé maintenant », souligne, un OSC. Cette  marque de joie et d’allégresse a été rehaussée par l’annonce au Togo, il y a quelques jours de l’arrestation du tristement célèbre Gal Félix Kadangah. Plus que jamais au sein des populations à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, Faure Gnassingbé est porté en triomphe.

Lorsque le 31 décembre 2023, les 46 militaires ivoiriens détenus au Mali depuis 6 mois, écopaient d’une peine de 20 ans de réclusion criminelle pour   « attentat et complot contre le gouvernement » et « atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat », personne ne croyait que le président togolais dont la médiation ne disait plus rien à personne allait, retourner la situation en temps record. Lorsqu’à la surprise générale, ce dernier est parvenu à obtenir la libération de ces militaires, c’est toute la sous-région ouest africaine qui a vibré. Partout, sur les médias, l’information passait en boucle : « la médiation togolaise a permis à ces ivoiriens  de bénéficier d’une grâce présidentielle de la part du Chef de la junte militaire au Mali qui attache de prix à l’esprit de renforcement de la paix, du dialogue, du panafricanisme, de la préservation des relations fraternelles et séculaires au sein des pays de l’espace CEDEAO ».

Un succès diplomatique

Ce succès diplomatique du Président  Faure Gnassingbé est salué même par ses adversaires qui désormais reconnaissent en lui, un médiateur hors pair. Grâce à lui, ces 46 militaires ivoiriens, n’auront pas le malheur de  purger leur peine. ldem pour les trois femmes soldates ivoiriennes libérées début septembre par Bamako qui, de leur côté, écopent de la peine de mort par contumace. Une sentence intervenue à la veille de l’expiration de l’ultimatum, fixé au 1er janvier, par les dirigeants ouest-africains à la junte malienne pour libérer les 46 militaires toujours incarcérés. C’est avec un soulagement que l’opinion nationale et internationale ont appris que quelques heures plus tard, ces militaires ont foulé le sol de leur pays, après une escale à Lomé.

Faure  Gnassingbé contre l’impunité

A peine les délices de ce succès historique de Faure Gnassingbé dont s’honorent les Togolais, sont-elles savourées que la nouvelle de l’arrestation de l’ex Chef d’Etat-major général des FAT, le Gal Félix Kadangah est tombée et fait le tour du pays. Elle provoque la joie des Togolais

Par cette arrestation, Faure Gnassingbé apporte la preuve que sous son règne, aucun fautif, n’échappera à la rigueur de la loi et que tout le monde finira par répondre de ses actes devant les tribunaux. .Par ailleurs, cette arrestation  rime avec  plusieurs nominations dans le rang des Forces armées togolaises (FAT). Ce qui sans nul doute fait la fierté des « heureux élus », qui ont tant donné pour la nation.

Le social : une priorité

 C’est  un secret de polichinelle que Faure Gnassingbé a toujours fait du social son cheval de bataille. Cela va sans dire que, du bien-être de ses concitoyens, il en a fait  la clé de voute de sa gouvernance depuis son arrivée au pouvoir. La dernière illustration la plus parfaite est l’augmentation du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) qui passe de 35 000 FCFA à 52500 FCFA. Cette bonne nouvelle a été annoncée  par le locataire de la Marina lors de son message de vœux à la nation  le 31 décembre dernier. « Nous voterons toujours pour Faure Gnassingbé…il pense à nous , déclare un paysan qui vit dans la commune Zio 1 .Grace à faure mon fils est devenu un grand officier ,souligne t-il » .

De toute évidence, ces quelques lignes ne peuvent pas témoigner de la grandeur du président Faure Gnassingbé  ni de l’immensité de ses actions aussi bien  en faveur du bien-être des Togolais que de la paix et l’harmonie dans la sous-région. Mais comme l’honneur revient toujours au Seigneur, il y a lieu, sans aucune intention de propagande ni de culte de personnalité de gloser que les Togolais doivent une fière chandelle à leur président.

 

Gilles  OBLASSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here